L’incinération en quelques mots

D’un principe de fonctionnement simple - brûler les déchets dans un four et traiter les effluents - l’incinération est un mode de traitement des déchets intéressant à plus d’un titre...

  • Efficacité : brûler les déchets permet de réduire leur volume de plus de 90 % ;
  • Souplesse : les usines d’incinération s’adaptent à tous les types de déchets ;
  • Ecologie : l’incinération détruit les polluants biologiques comme les microbes, les virus, les germes infectieux propagateurs d’épidémies... ; elle permet également de concentrer et traiter les polluants chimiques contenus dans les déchets de manière à éviter leur dispersion dans l’environnement ;
  • Economie des ressources de la planète : l’énergie libérée lors de l’incinération des déchets est transformée en chaleur et en électricité ; environ 4/5 des résidus solides sont utilisés sous la forme de sous-couches routières, et l’essentiel des ferrailles et autres métaux issus de déchets est récupéré et recyclé. L’incinération permet ainsi de réduire sensiblement le recours aux matières premières, et notamment aux combustibles fossiles.

Opposer l’incinération aux autres modes de traitement ne correspond pas à la réalité des besoins : on ne peut ni tout recycler, ni tout composter, ni tout mettre en décharge. L’incinération permet de parvenir au déchet ultime, terme du processus de traitement. Ni hégémonique, ni accessoire, elle mérite une place entière dans un schéma cohérent d’élimination des déchets.

« Pratiquée dans des installations aux normes les plus récentes, et tout particulièrement quand la chaleur est réutilisée, je dis clairement que l’incinération fait partie des solutions écologiquement acceptables pour le traitement de nos déchets. » (R. Bachelot au Conseil National des Déchets, le 17 décembre 2002)